Que faire si vous trouvez un oisillon par terre ?

Malheureusement, les oisillons représentent 80 % des oiseaux confiés à un centre de réhabilitation. Il s'agit la plupart du temps de victimes de "kidnapping", c'est à dire d'oiseaux qui ne devraient pas être là. En effet, chez plusieurs espèces d’oiseaux c’est normal que les petits quittent le nid avant de savoir bien voler. C'est simplement que le nid est devenu trop petit pour la nichée. Rassurez-vous, les parents n'abandonnent pas ces jeunes aventuriers. Les oisillons se perchent alors dans les arbres à proximité du nid et les parents continuent de les nourrir. 
Plusieurs oisillons sont aussi apportés quelques jours après une tempête alors qu'une bourrasque de vent aura fait tomber le nid. Pourtant il aurait suffit de leur construire un nid de remplacement.

1. Si l'oisillon sautille sur le gazon ou s'accroche maladroitement à une branche, il est préférable de le laisser là où il est car ses parents ne sont pas loin et vont s’en occuper dès que vous vous serez éloigné. S’il émet de petits cris que vous interprétez comme des cris de détresse, vous devez savoir qu'il ne fait que signaler sa position à ses parents. Il est même dangereux de tenter de  remettre un oisillon qui a des plumes dans son nid. En effet, dans 95% des cas ses frères et sœurs terrorisés par votre intervention sauteront hors du nid à leur tour et vous aurez multiplier le problème et le travail des parents qui devront tous les retrouver !

2. Si l’oisillon complètement nu et sans plume, ne peut voler lorsque vous vous approchez c'est qu'il est tombé du nid et est incapable d’y retourner. Heureusement, il est assez rare que ça arrive. Vous pouvez alors le remettre avec beaucoup de précautions dans son nid.  Noter qu'il est tout à fait faux de croire qu'on ne peut pas toucher à un oiseau parce que l'odeur humaine fera fuir la mère. En effet, depuis plus d'un siècle on bague les oiseaux et on n'a remarqué aucune réaction négative chez eux. On ne fait donc courir aucun risque à un oisillon en le prenant dans nos mains pour le mettre à l'abri du danger.

3. Si le nid a été renversé par la pluie ou le vent, vous pouvez le remettre en place  et si le nid est trop endommagé, vous pouvez le remplacer par un contenant garni de brindilles (prévoir des trous pour le drainage de l’eau de pluie).

4. Si l’oisillon peut voler sur de courtes distances mais que vous craignez qu’un chat ou un autre prédateur n'en fasse son repas, vous pouvez le déposer dans un bosquet où il sera hors de leur portée.

Il ne faut pas apporter l’oisillon avec vous pour essayer de l’élever vous-même parce que :

  1. C’est illégal.

  2. Il y a peu de chance que vous trouviez la nourriture qui lui convient avant qu’il ne meure de faim.

  3. Un oisillon de moins d'une semaine nécessite trop de soins pour être pris en charge par un néophyte.

 

  • Même si vous parvenez à le sauver, les chances que le petit se rende à l’âge adulte sont négligeables car il ne pourra se débrouiller seul en liberté. En effet, il n’aura pas appris à se nourrir seul et comment échapper aux prédateurs.

     Seule EXCEPTION à cette RÈGLE:  
     Si vous avez assisté à la mort des parents,  les oisillons devront être pris en .charge. Appelez un centre de réhabilitation pour demander conseil.

  • Centre de réhabilitation Le Nichoir, Hudson Heights 
    ( Spécialisé dans la réhabilitation des petits oiseaux)
    Ouvert en été. 

    NOTE: En dehors de la saison estivale, laissez un message sur le répondeur. Un responsable vous rappellera dès que possible.

    (450) 458-2809
    Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie (UQROP), Saint-Hyacinthe ( Spécialisé dans les oiseaux de proie et oiseaux aquatiques comme le Grand Héron ou le Plongeon huard)

    Ouvert à l'année

    (450) 773-8521 
    poste 8427

    (514) 345-8521
    poste 8427

    Centre de réhabilitation des oiseaux blessés de la Montérégie (CROB), Otterburn Park ( Spécialisé dans la réhabilitation des rapaces)

    Ouvert à l'année

    (450) 467-2375 
    Action pour les oiseaux - Centre de sauvetage et de réhabilitation de la faune, Montréal ( Réhabilite les oiseaux et d'autre animaux comme les mammifères)

    Ouvert à l'année

    (514) 366-9965 

    Que faire pour secourir un oiseau blessé ?

    On trouve régulièrement des oiseaux blessés. Une rencontre mouvementée avec un chat ou une collision avec une fenêtre ou un véhicule sont les causes les plus fréquentes de blessures. Les oiseaux qui ont percuté de plein fouet une vitre ou une voiture ne portent pas forcément des traces très visibles ( excepté un peu de sang sur le bec) mais peuvent souffrir de lésions internes plus ou moins graves.

    À FAIRE: Il faut le placer dans un sac en papier et faire des trous d'aération. Une boîte de carton est plus solide pour les gros spécimens. Mettre une couche de papier journal déchiqueté au fond afin de garder l'oiseau propre et confortable. S'il est inconscient, installer l'oiseau pour qu'il repose sur son abdomen. Garder l'oiseau à l'intérieur, dans une pièce tranquille et sans lumière afin de le calmer. Minimiser les contacts humains. L'oiseau vit déjà un grand stress et la présence d'un ou plusieurs humains ne fera qu'empirer les choses. 

    À NE PAS FAIRE: Ne pas essayer de le faire boire ou manger car vous pourriez lui nuire plutôt que l'aider. Ne pas mettre l'oiseau dans une cage en métal car en tentant de s'échapper, il pourrait endommager ses plumes. Il faudrait alors attendre qu'il mue avant de pouvoir le relâcher.

    1. Si ce n’est pas trop grave, l'oiseau récupère assez vite et peut voler à nouveau au bout de quelques minutes ( ou quelques heures) et vous pourrez le relâcher. 

    2. S’il souffre d’une fracture à l’aile ou à la patte mais donne une bonne impression générale ( yeux ouverts et réactions normales), vous pouvez appeler une clinique vétérinaire ou un centre de réhabilitation pour demander conseil.

    3. Si vous tombez sur un oiseau gravement blessé, dont l'état empire au bout de quelques heures, vous ne pouvez que prolonger son agonie. Le meilleur conseil que l’on puisse donner est de relâcher l’oiseau et laisser la nature suivre son cours.

    Que faire si un oiseau meurt à la suite d'une collision avec une fenêtre?

    Communiquez avec M. Serge Gauthier, conservateur au Musée de la nature et des sciences au (819) 564-3200 poste 231 pour savoir si le spécimen peut servir à la recherche et à l'éducation. 

    Congelez l'oiseau si cela se produit la fin de semaine ou un jour de congé et communiquez avec M. Gauthier dès que possible.  N'oubliez pas qu'il est illégal de garder des oiseaux sauvages chez vous.
    Noter que ce sont le plus souvent les espèces communes qui manquent à la collection du musée.

    Que faire si vous trouvez un oiseau mort ou moribond près de vos mangeoires ?

    Il n'est pas rare de rencontrer des oiseaux malades autour des mangeoires. Vous remarquerez d'abord un oiseau qui reste immobile à la mangeoire pendant plusieurs jours avant de mourir.  Au Québec, l'agent responsable de la salmonellose aviaire est habituellement la Salmonella Typhimurium. Il s'agit d'une bactérie pouvant présenter un danger pour la santé des humains et des animaux domestiques lorsqu'elle est ingérée

    Les fientes des oiseaux infectés par la salmonelle peuvent contaminer les mangeoires et les graines et ainsi infecter d'autres oiseaux. Les animaux domestiques, principalement les chats, s'infectent au contact des oiseaux atteints ou de leurs fientes; ils peuvent ensuite transmettre la bactérie aux humains. Il y a également un danger de s'infecter directement en manipulant les oiseaux morts ou malades ou au contact de leurs fientes. La salmonellose se manifeste généralement par de la fièvre et des symptômes de gastro-entérite.

    Il est recommandé de prendre les précautions suivantes: 

    Au niveau préventif, les mangeoires d'oiseaux doivent être maintenues dans un bon état d'hygiène et désinfectées régulièrement  ( 1 partie d'eau de javel pour 9 parties d'eau).

    La présence d'oiseaux morts ou malades près d'un site d'alimentation devrait inciter son propriétaire à cesser temporairement de nourrir les oiseaux afin d'éviter la propagation de la maladie. Les mangeoires doivent être désinfectées et les graines répandues au sol doivent être ramassées et éliminées. Éviter d'utiliser l'évier de la cuisine pour les opérations de nettoyage et porter des gants de caoutchouc. 

    Il est également recommandé de ne pas toucher aux oiseaux morts ou malades les mains nues et d'empêcher les enfants et les animaux domestiques de les toucher. Si un oiseau mort doit être manipulé, il est recommandé de porter des gants de caoutchouc ou de protéger les mains avec un sac de plastique que l'on renverse sur l'oiseau. 

    Il est essentiel de se laver les mains après avoir manipulé des oiseaux ou des mangeoires contaminés.

    Signaler tout oiseau mort ou moribond à la Société de la Faune et des parcs du Québec au 1-800-561-1616. 

    Que faire si vous trouvez un oiseau de proie malade ou blessé ?

    Si vous observez un oiseau de proie qui semble blessé ou malade, il faut d’abord s’assurer que l’oiseau est bien un oiseau de proie.

    Les oiseaux de proie ont le bec fort et courbé et leurs pattes sont munies de griffes acérées. En cas de doute, consultez un guide d’identification. 

    1. Assurez-vous d'abord que l’oiseau a vraiment besoin d’aide

    2. S’il s’agit d’un oisillon, laissez-le sur place et communiquez avec Stéphane Deshaies au 819-828-0747 ou la Clinique des oiseaux de proie à Saint-Hyacinthe : (450) 773-8521 poste 8427

    3. Portez des gants de cuir ou utilisez une couverture pour l’attraper. ATTENTION aux serres et au bec.

    4. Mettez rapidement l’oiseau dans une boîte en carton perforée; évitez les cages grillagées.

    5. Gardez l’oiseau dans un endroit calme, sombre et tempéré (22 à 25oC) et limitez ses contacts avec les humains.

    6. Communiquez le plus rapidement possible avec Stéphane Deshaies au 819-828-0747 qui vous conseillera sur les choses à faire ou à ne pas faire ou avec les agents de conservation de la faune à la Société Faune et Parcs du Québec

      (pages bleues de l’annuaire téléphonique). Sherbrooke : (819)820-3882 ou (819)820-3121 et Lac Mégantic : (819)583-3784 Ils se chargeront du transport de l’oiseau jusqu'à la Clinique des oiseaux de proie à Saint-Hyacinthe.